De bonnes habitudes rapportées à la maison

June 28, 2022
-
EGALIM
De bonnes habitudes rapportées à la maison


« Tout le travail qui est fait au sein de nos cantines a conduit 87% des familles à modifier leurs pratiques alimentaires à la maison. Les enfants racontent [à leurs parents] ce que l’on fait, et la ville communique en plus directement avec eux : on a ainsi des familles qui intègrent les repères nutritionnels et qui ont augmenté la part de bio, de local, de saison, de cuisiné maison dans leurs repas familiaux quotidiens » explique l’adjoint au maire de la commune de Mouans-Sartoux dans une interview pour Brut. En effet, la transition vers des cantines scolaires à l’approvisionnement bio, durable et local a pour enjeu le déclenchement de divers engrenages d’impact positif, non seulement pour les enfants bénéficiaires mais aussi pour leurs familles ainsi que, sur le moyen et long terme, pour l’ensemble de la société.

La mission éducative des cantines scolaires 

Puisque la cantine rythme la journée des enfants de la maternelle au lycée, elle est au cœur de la découverte et de l’apprentissage de nombreuses habitudes et connaissances liées à l’alimentation, en complément de l’éducation apportée par la famille à la maison.

Pour les plus jeunes, en maternelle, la cantine participe au développement du goût et des préférences alimentaires : l’enjeu est d’éviter la formation de néophobies alimentaires en introduisant les aliments auxquels les enfants ne sont pas habitués de façon progressive et pédagogique. Ainsi, la cantine participe au processus de diversification alimentaire entamé par les parents, mais permet aussi de l’approfondir : si certains enfants sont réfractaires aux légumes verts, d’autres ne peuvent pas se passer de viande à chaque repas. La cantine est alors l’occasion de leur faire découvrir et apprécier des aliments ou des modes d’alimentation auxquels ils ne sont pas confrontés à la maison, tels que des repas végétariens, une salade de crudité ou encore du poisson blanc.

Tout au long de la scolarité, la cantine porte une « mission éducative », en cohérence avec ce qui est appris en classe : elle participe à la transmission culturelle, à la sensibilisation aux enjeux écologiques mais aussi à la connaissance de son environnement. Ainsi, la cantine bio, locale et durable est l’occasion de découvrir le terroir local propre à notre région, d’assimiler la saisonnalité des légumes, ou encore de comprendre comment nos fruits préférés sont cultivés et récoltés.

Si l’apprentissage de l’équilibre alimentaire est d’abord de la responsabilité des parents, l’éducation alimentaire à l’école peut aussi permettre de transmettre les principes nutritionnels essentiels à une bonne santé, que les élèves pourront ensuite appliquer dans leur vie d’adulte, quand ils seront amenés à préparer leurs propres repas.

Enfin, les repas pris à la cantine participent à la socialisation des enfants : ils permettent d’inculquer les habitudes de politesse et de respect envers les autres, mais aussi envers la nourriture, par exemple en intégrant dès les plus jeune âge les gestes citoyens de tri et de limitation du gaspillage.

Mieux manger pour mieux apprendre et mieux vivre

En proposant des menus équilibrés et bios, la restauration scolaire permet d’impacter positivement la santé des enfants et de réduire les inégalités entre les familles.

Selon une étude anglaise, les élèves ayant bénéficié d’un repas nourrissant et équilibré seraient ensuite plus attentifs en classe ; les chercheurs ont remarqué une amélioration des résultats scolaires chez ces élèves ainsi qu’une baisse de l’absentéisme lié aux maladies. De plus, il a été prouvé chez les plus jeunes qu’une alimentation trop sucrée peut créer des troubles de la mémoire et de l’humeur ainsi que des difficultés pour se concentrer. Ainsi, permettre à tous les enfants d’avoir accès à la cantine à des repas équilibrés de qualité pourrait accroître leurs capacités et leurs résultats scolaires.

À l’origine, la cantine scolaire a été conçue pour préserver la santé des enfants nécessiteux: aujourd’hui encore, la malnutrition et la sous-nutrition touchent de nombreux enfants dans leurs foyers, et le déjeuner à la cantine est l’opportunité d’égaliser les situations et d’apporter à chacun un repas de qualité, optimisant ainsi les chances d’être dans de bonnes conditions pour apprendre.

Sur l’échelle d’un pays, la cantine scolaire participe au combat de santé publique contre le surpoids, l’obésité ainsi que les autres maladies (diabète de type 2, maladies cardiovasculaires…) liées à une alimentation déséquilibrée, de basse qualité et surchargée en aliments transformés et en protéines animales.

Synthèse

Ainsi, les cantines qui adoptent des menus bios, durables et locaux déclenchent divers engrenages d’impact positif sur les enfants qui en bénéficient, mais aussi indirectement sur leurs familles et sur la société en général.


Ce nouveau modèle de cantine s’accompagne d’une mission éducative forte qui permet de donner de bonnes habitudes aux enfants, qu’ils pourront garder et mettre en application tout au long de leur vie, mais aussi transmettre à leur famille, comme expliqué par l’adjoint au maire de Mouans-Sartoux. Au-delà d’éveiller la curiosité des enfants via l’éducation alimentaire, la cantine pourrait aussi leur permettre de bénéficier de meilleures capacités d’apprentissage, et donc voir leurs résultats scolaires s’améliorer. Ces cantines deviennent aussi porteuses d’une mission de santé publique, en apportant des repas équilibrés et de qualité, mais aussi en apprenant aux enfants à aimer les ingrédients qui sont bons pour leur santé. Présenté et cuisiné différemment, le chou de Bruxelles peut devenir le plat préféré des enfants, comme l’ont prouvé certaines cantines aux chefs cuisiniers inventifs!